• Sabine Guichard

Numérique et empreinte environnementale

Quelle est l’empreinte environnementale du numérique mondial ?


La prise de conscience sur l'empreinte environnementale du numérique se développe, doucement mais sûrement...

En témoigne une nouvelle étude de GREEN IT « Empreinte environnementale du numérique mondial ».

A l’échelle planétaire, l’empreinte environnementale du numérique équivaut à un continent de 2 à 3 fois la taille de la France et à 5 fois le poids du parc automobile français (180 millions de véhicules).

La fabrication des équipements utilisateurs est la 1ère source d'impacts (30 à 76 % des impacts).


Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?

"La taille de l’univers numérique va tripler à quintupler (selon l’indicateur observé : masse, nombre d’équipements, d’utilisateurs, etc.) et ses impacts environnementaux vont doubler à tripler (selon l’indicateur environnemental observé)" d'ici à 2025.


Et donc... existe-t-il des pistes d'action ?

Oui, GREEN IT présente des solutions à portée de main - ou de clic :

  • Réduire le nombre d’objets connectés en favorisant leur mutualisation et leur substitution et en ouvrant leurs APIs pour allonger leur durée de vie

  • Réduire le nombre d’écrans plats en les remplaçant par d’autres dispositifs d’affichage – lunettes de réalité virtuelle, vidéo projecteurs LED, etc. – et en les mutualisant avec les écrans existants (smartphones, ordinateurs, etc.)

  • Augmenter la durée de vie des équipements en allongeant la durée de garantie légale, en favorisant le réemploi, et en luttant contre certains modèles économiques à l’impact délétère (opération du type « smartphone à 1 euros contre réengagement)

  • Réduire les besoins des services numériques via leur écoconception

Dans les actions à plus fort impact potentiel, le développement d'une low-tech numérique est encouragé.


La prise de conscience est bien souvent le 1er temps du chemin sur cette question... ESoE est à votre disposition pour échanger !